La plupart des entreprises n’ont pas confiance en leurs données, selon une nouvelle enquête de Talend

Seulement 31 % des opérationnels de la donnée ont un niveau de confiance élevé dans la capacité de leurs organisations à fournir des données fiables en temps réel

Redwood City, CA - 11 juillet 2019 -

Moins d’un tiers (31%) des opérationnels de la donnée, ce qui inclut les analystes (data analyts), scientifiques (data scientists) ou responsables de la qualité (data quality) des données, sont pleinement confiants dans leur capacité à fournir des données fiables en temps réel au sein de leur organisation, révèle une nouvelle enquête commanditée par Talend (NASDAQ: TLND), un leader mondial de l’intégration et de l’intégrité des données dans le cloud.

Dans cette enquête réalisée par Opinion Matters, 763 professionnels de la donnée (dirigeants IT, responsable de la gouvernance, analystes business, stewards, ingénieurs données) ont été interrogés pour avoir une meilleure idée du niveau de confiance dans leurs organisations face à deux grands défis simultanés :

  1. La collecte, le traitement et la démocratisation en temps réel des données.
  2. S’assurer de la fiabilité et de l'intégrité de l'information dans les flux de données partagés au sein de l'organisation.

Selon l'enquête, il existe un écart important dans les perceptions entre les dirigeants IT et les opérationnels de la donnée (ou data workers), les premiers étant beaucoup plus confiants dans les capacités de leur entreprise.

« Les différents niveaux de confiance entre les dirigeants et les responsables opérationnels de la donnée ne sont pas surprenants, mais c'est tout de même inquiétant », déclare Ciaran Dynes, vice-président sénior des produits de Talend. « Ce que nous constatons aujourd'hui, c'est que les entreprises ont du mal à fournir des données fiables lorsqu'elles en ont besoin, et qu'elles ont également du mal à gagner en crédibilité que ce soit en interne, sur leur marché ou auprès de leurs clients. Les entreprises doivent bâtir un pont entre l’IT et les data workers, qui ont en charge d'assurer la rapidité d'exécution, et les équipes en charge d'instaurer et de préserver la confiance, ce qui est souvent le cas au niveau de la direction. Bien que la confiance puisse venir d'en haut, la capacité de fournir des données fiables rapidement exige que la culture de la donnée soit généralisée et que chaque collaborateur se sente impliqué et responsabilisé dans le traitement des données. Cela repose généralement sur le travail des champions de la donnée, qui ont également les compétences nécessaires pour piloter le changement culturel dans les processus et le traitement des données. »

Les principales conclusions de l'enquête, qui mettent en évidence trois lacunes importantes - confiance, rapidité et exécution - sont les suivantes :

Excellence du contrôle de l'intégrité en temps réel : Les leaders et les autres

La transformation numérique est souvent une question de vitesse : accélérer le délai de mise sur le marché, stimuler la compréhension des actions commerciales en temps réel, ou offrir une expérience client personnalisée. Lorsque les entreprises réussissent à combiner vitesse et intégrité, elles peuvent fournir des données intelligentes et fiables pour toutes leurs activités.

Cependant malgré l’importance d'assurer rapidité et confiance dans les données, seulement 11 % des répondants estiment que leur entreprise a atteint excellence tant du point de vue de la vitesse que de l’intégrité. 

Une différence significative entre les dirigeants et les opérationnels

Dans l'ensemble, les personnes proches des données sont moins confiantes dans la capacité de leur organisation à faire confiance en leurs propres données. Seulement 31 % des « data workers » ont un niveau élevé de confiance. En revanche, 46 % des dirigeants interrogés sont confiants dans la capacité de leur organisation à fournir rapidement des données fiables.

En ce qui concerne la conformité réglementaire, l'un des critères clés pour évaluer la confiance, 52 % des dirigeants se déclarent très optimistes quant au respect des différentes réglementations sur les données. Ce taux chute à 39 % pour les autres profils, qui peuvent avoir en charge la mise en œuvre des améliorations pour se conformer aux réglementations.

La confiance dans la qualité des données reste faible

Le sondage révèle que seulement 38 % des répondants estiment que leur organisation excelle dans le contrôle de la qualité des données. Moins d'un opérationnel de la donnée sur trois (29 %) est convaincu que les données de son entreprise sont toujours exactes et à jour. 

L'intégration de données en temps réel à 360 degrés reste un défi

L'accès à des données en temps réel ou du moins en temps opportun accélère les évolutions et aide les entreprises à prendre des décisions stratégiques plus rapidement et de façon plus fiable, ce qui mène à de meilleurs résultats.

Selon l’étude, seulement 34 % des opérationnels de la donnée « data workers » croient en la capacité de leur organisation à réussir un processus d'intégration des données en temps réel à 360 degrés, alors que les dirigeants sont plus confiants (46 %) dans ce domaine.

« Nous sommes entrés dans l'ère de l'économie de l'information, où les données sont devenues l'actif le plus précieux pour chaque entreprise », poursuit Ciaran Dynes. « Les stratégies orientées données sont indispensables pour réussir dans n’importe quel secteur. Pour soutenir les objectifs tels que la croissance des revenus, la rentabilité et la satisfaction client, les entreprises ont besoin de données fiables, accessibles à la demande, sur lesquelles elles peuvent s'appuyer pour obtenir des connaissances essentielles sur leurs activités. La confiance dans les données doit être primordiale parce que sans données fiables, il ne peut y avoir de confiance dans les décisions stratégiques. »

Pour plus de résultats, une analyse approfondie et des conseils pratiques sur l'amélioration de la confiance dans les données et la rapidité d'accès, le rapport « Talend Data Trust Readiness » peut être consulté ici. Il comprend les résultats détaillés et une analyse des différents critères utilisés pour évaluer le niveau de confiance des organisations.

Vous aimez cette histoire ? Partagez-la sur Twitter : Une enquête de Talend révèle que la plupart des entreprises n’ont pas confiance en leurs données https://bit.ly/2AVUTIh

À propos de l’étude

763 professionnels de la donnée (dirigeants IT, responsable de la gouvernance, analystes business, stewards, ingénieurs données) à différents niveaux de responsabilité ont été interrogés par Opinion Matters du 25 avril au 22 mai 2019. Cette étude internationale a questionné un minimum de 150 professionnels au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, aux États Unis et dans la région APAC. Les 763 professionnels interrogés travaillent pour des entreprises employant plus de 500 personnes.

L’objectif de cette recherche était d'obtenir une idée de la confiance des opérationnels de la donnée dans la capacité de leur organisation à gérer vitesse et confiance, en fonction de 10 critères :

  • Capacités de confiance
    • Qualité des données avec des actifs de données fiables, complets et à jour
    • Maîtrise de l'ensemble des données de l'organisation et prévenir le shadow IT
    • Créer une source unique de donnée fiable et favoriser la responsabilisation en matière de propriété des données
    • Doter les organisations d'outils et de systèmes modernes pour gérer et surveiller les données.
    • Faire respecter la conformité réglementaire avec de bonnes données
  • Capacités de vitesse
    • Effectuer l'intégration de données en temps réel pour répondre aux besoins réels de l'entreprise
    • Accédez instantanément aux données quand vous en avez besoin.
    • Permettre l'accès et l'utilisation des applications en libre-service
    • Effectuer une analyse des origines grâce au lignage des données.
    • Accélérer la livraison des données aux applications et équipes tierces par le biais d'API.