Blockchain : 4 manières dont elle peut avoir un impact sur la gestion de vos données – Talend

Blockchain : 4 manières dont elle peut avoir un impact sur la gestion de vos données – Talend

  • Nitin Kudikala
    Nitin Kudikala is a Customer Success Architect at Talend. In this role, Mr.Kudikala advises firms on how to create value by becoming Data Driven and ensures that they are empowered to use the Talend software in the most optimal way. He has 15 years of experience in the field of Data Governance, Data Quality, Data Warehousing, Master Data Management and Big Data. Prior to Talend, he worked as a Data Management Specialist at PepsiCo and before that as a Senior Consultant at Informatica Corporation.

Nous savons tous que nous avons atteint le sommet du « hype cycle » pour… *roulements de tambour* la blockchain ! Et nous connaissons déjà certains des avantages qu'elle présente. Ceci dit, peut-elle s'appliquer à la gestion de données traditionnelle ? Si, à ce jour, les applications concrètes de la blockchain se font rares dans les entreprises, je crois sincèrement qu'elle regorge de possibilités pour résoudre certains des problèmes auxquels sont confrontées ces organisations. Mais, à l’heure où l'on constate une augmentation de leur nombre dans notre secteur, les spécialistes de la gestion des données comme nous peuvent-ils tirer parti des qualités inhérentes de la blockchain ?

La réponse est... peut-être ! Laissez-moi vous l'expliquer en étudiant plus en détail quelques concepts de gestion des données en relation avec la blockchain.

Qualité des données

Par nature, la blockchain assure la validation des blocs de données. Les données doivent pouvoir être intégrées dans une structure particulière pour que le bloc puisse à son tour être inséré dans la blockchain. Le bloc de données sera rejeté s'il ne répond pas aux exigences de la blockchain. Il existe de nombreux types de blockchain mais, dans l'ensemble, la validation permet de garantir l'uniformité des blocs de données. Toutefois, l'uniformité n'est que l'une des dimensions de la qualité des données. Qu'en est-il de l'exactitude ? La qualité des données de la blockchain dépend de l'application. Autrement dit, l'application ne contrôle pas implicitement les données. Le principe « garbage in, garbage out » selon lequel des données inexactes se traduisent par des résultats erronés reste valable. Par conséquent, des contrôles solides doivent être mis en place dans l'application pour garantir l'absence de données erronées dans le bloc. Et qu'en est-il des autres dimensions de la qualité des données, comme par exemple l'exhaustivité et la ponctualité ? Ces questions se posent encore concernant les données se trouvant dans la blockchain.

Données de référence

La technologie des registres distribués de la blockchain pourrait être utilisée pour gérer les données de référence. Elle faciliterait la collaboration entre deux parties non concurrentes qui souhaitent partager des données contractuelles. Ceci vaut particulièrement pour les sociétés financières qui doivent communiquer des données aux organismes réglementaires. Cette technologie, si elle garantit des données de références automatisées dans la blockchain, pourrait permettre de réduire les coûts et les risques opérationnels.

Master data

Les blockchains créeront de nouveaux silos de données, compliquant ce faisant encore plus les processus de gestion des master data. Elles sont utilisées par nature pour les données transactionnelles et, à mesure que les applications traditionnelles sont remplacées par les blockchains, il existe un risque que les données soient encore plus organisées en silos. La transition vers le cloud pour gérer les processus par nœud de la blockchain n'aide pas non plus à dissiper les inquiétudes en la matière. Par conséquent, un gestion correcte des master data est encore plus nécessaire. Une bonne gestion des master data pourrait contribuer au succès de la mise en place des blockchains.

Data warehousing

De par sa nature transactionnelle, on a vraiment du mal à concevoir que la blockchain puisse être utilisée pour conserver des données historiques. Or c'est une condition préalable à la mise en place d'un data warehouse. En effet, il sera encore plus nécessaire d'intégrer les données provenant de blockchains privées développées par les organisations IT. La blockchain ne peut pas non plus remplacer les bases de données. Elle s'applique à un tout autre cas d'usage et des bases de données seront nécessaires pour le reporting et l'analytique prédictive. Certaines plateformes d'entreprise utilisant les blockchains (Corda, par exemple) mettent à disposition de leurs utilisateurs une base de données dans laquelle ils peuvent exécuter des instructions SQL. Ces bases de données pourront devenir des systèmes sources intégrés dans un data lake ou un data warehouse.

La blockchain est une technologie de nouvelle génération qui doit mûrir pour que les entreprises puissent l'utiliser pour leurs opérations métiers internes, à plus forte raison pour un atout aussi important que des données. Mais il sera intéressant d'observer l'évolution de cette technologie au cours de la prochaine décennie. J'espère toutefois que ce blog permettra à ses lecteurs de mieux comprendre l'impact des blockchains sur les pratiques traditionnelles en matière de gestion des données.

Participer aux discussions

0 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *