Nourrir durablement les humains grâce à une agriculture orientée donnée

Nourrir durablement les humains grâce à une agriculture orientée donnée

  • Isabelle Nuage
    Isabelle Nuage is Director of Product Marketing for Big Data at Talend. Her field of expertise include Data Integration, Big Data and Analytics. Isabelle brings more than 19 years of experience in the software industry holding various leadership positions in product marketing at SAP & Business Objects.

Nourrir plus de 9 milliards d’êtres humains à l’horizon 2050, est un défi immense que la technologie et les données peuvent aider à résoudre en matière de production, de traçabilité et de préservation des ressources naturelles.

Comment subvenir aux besoins de la planète tout en respectant l’environnement ? En dépit de la raréfaction des terres agricoles (100 000 hectares disparaissent chaque année), la production agricole mondiale devra doubler dans les 30 prochaines années. Les changements climatique et l’urbanisation massive pèseront également fortement sur le rendement agricole. Au-delà des investissements et de la volonté politique à soutenir le secteur agricole, une partie de la solution réside dans la transformation numérique du secteur agricole, de l’agriculteur au distributeur. Perçu comme traditionnel, l’agriculture s’ouvre aux innovations technologiques et les usages de solutions cloud, big data ou encore des objets connectés vont s’accélérer.

 

Démocratiser « l’agriculture de précision » pour booster les rendements agricoles

Entre 2013 et 2015, l’utilisation des applications professionnelles agricoles mobiles a bondi de 110%, signe de la croissance du numérique et de la reconnaissance de ses bénéfices dans la profession. Aujourd’hui l’agriculture de précision permet aux exploitants de suivre finement l’ensemble de leurs parcours culturaux, en rationalisant la gestion de leurs parcelles agricoles. Ceci permet d’optimiser les rendements et les investissements, en tenant compte des différentes caractéristiques des milieux comme la nature des sols, l’irrigation, la fertilisation et l’ensoleillement. A cela s’ajoute également la garantie d’une sécurité alimentaire accrue et d’un meilleur respect de l’environnement. Et les données sont en cœur de cette agriculture de précision : objets connectés, images satellites et drones, données météo et données historique de rendements. Ces données sont nécessaires pour accélérer les prises de décision comme l’optimisation des intrants (pesticides ou engrais) selon les réels besoins d’une parcelle, l’optimisation des provisionnels de rendement, et pour le consommateur final de s’assurer d’une sécurité alimentaire accrue et d’un meilleur respect de l’environnement.

Tout cela ne pourra être possible sans une politique d’Open Data ambitieuse de la part de l’ensemble des acteurs, qu’ils soient exploitants, coopératives, négociants et fabricants de matériel agricoles. Les organismes publics devront par exemple proposer des solutions gratuites ou aux tarifs accessibles pour démocratiser l’accès à ces données et donner au secteur les moyens de répondre aux enjeux alimentaires de demain.

L’Etat français a déjà amorcé ce virage avec l‘annonce récente de la création d’un cloud regroupant les données agricoles qui devrait voir le jour en 2020. Son but : faciliter l’accès aux données agricoles et ainsi démocratiser l’agriculture de précision. Ce portail, du nom d’AgGate, collectera les données stockées sur une base alimentée par divers objets connectés comme les capteurs au sol, les satellites, les stations météo ou encore les drones. Ces données, une fois analysées et préparées, permettront de gérer les exploitations parcelle par parcelle quasiment au centimètre, en fonction des besoins en eau ou en engrais de chaque plante. 

 

La donnée au service d’une agriculture et d’une consommation plus durable

L’analyse des données est l’une des solutions pour adapter la production agricole en fonction de la consommation réelle et ainsi minimiser les pertes. On estime que 1,3 milliards de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année. La collecte des données dans le cloud et son analyse en temps réel peut permettre une meilleure traçabilité des produits, les négociants bénéficient d’une meilleure organisation des allotements, ce qui simplifie la logistique, les coopératives disposent des informations nécessaires au pilotage et au conseil des agriculteurs, de la production au point de vente pour calculer précisément les pertes.

Plus que la quantité, c’est la qualité des produits qui peut grandement bénéficier de la technologie, avec une traçabilité accrue des aliments. L’étude des données sur la totalité de la chaine de production peut permettre de suivre plus précisément la chaîne logistique des aliments potentiellement contaminés et ainsi stopper leur vente. La sécurité alimentaire et l’information du consommateur s’en trouveront renforcées avec cette connaissance fine du circuit emprunté par chaque aliment jusqu’à son arrivée sur les rayons. Empreinte carbone, quantités de pesticides ou d’eau utilisés sont autant d’éléments qui pourront être communiqués au consommateur et permettront de responsabiliser toute la filière.

L'agriculture de précision devrait contribuer à 30% de la croissance de la production agricole nécessaire pour nourrir le monde d'ici 2050. Le gain potentiel est donc énorme alors que des technologies comme l’intelligence artificielle devrait dans les prochaines années donner une nouvelle impulsion à la gestion intelligente des cultures. Les objets connectés vont de plus en plus envahir les champs, les drones surveilleront les terrains ou encore permettront de planter sur des lieux difficiles d’accès. Cette nouvelle révolution du secteur agricole, après la mécanisation apparue au début du 20ème siècle, éveillera de nouvelles vocations notamment chez les générations digital first, pour une profession encore perçue comme très traditionnelle mais qui va profondément être bouleversée par les innovations technologiques, et permettra de relever les défis alimentaires du 21ème siècle.

 

Participer aux discussions

0 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *