Guide de survie de l’IT dans un monde de Self-Service

article in English

Cet article explique aux professionnels de l’IT et de la donnée comment satisfaire les attentes de leurs utilisateurs en matière de manipulation des données, tout en garantissant leur contrôle et leur sécurité : stimuler le recours à la préparation de données en self-service gouverné.

8.33 AM, café en main (le 3ème depuis le réveil quand même), étage de la Direction, Dominique - directeur marketing – interpelle Jean-Christophe : “On ne va quand même pas devoir attendre l’IT pour avoir ces données clients !”. Ou la variante plus rationnelle (je veux dire, 2 cafés en moins … promis, nous traiterons la gestion du stress des managers vis-à-vis de leurs équipes, mais sur un autre blog) : “Nous avons besoin de travailler sur des données de comportement consommateurs propres, complètes et certifiées pendant la réunion de 12.00 PM : pas d’alternative ».

Message reçu … d’autant plus que Jean-Christophe, c’est nous, responsable IT ! Qui n’a pas ressenti ce sentiment mêlé, entre montée de stress et envie de relever le challenge ?

Une fois expédiées les urgences et délégué le reste, un rapide diagnostic de la situation montre :

  • Que les données attendues existent … disséminées en silos : applications, référentiels de données, etc.
  • Que la qualité des données est perfectible et donc leur fiabilité reste à construire
  • Qu’associer ces données entre-elles nécessite une compétence et une compréhension métier
  • Que certains des utilisateurs de ces applications peuvent eux-mêmes y accéder chacun de leur côté en en faisant une extraction sur Excel
  • … Et que le temps est compté

Gestion des données : faut-il lâcher du lest ?

Il est largement prouvé et accepté qu’une organisation ‘data-driven’ optimise ses performances : par exemple, selon le Mc Kinsey Datamatics Survey, les entreprises ‘data-driven’ multiplient par 23 leur pouvoir d’acquisition clients, par 6 leur capacité de fidélisation clients et par 19 leurs profits. Le débat n’est plus là. Quelles sont les conséquences d’un tel constat dans les organisations ?

Le baromètre des CDO 2016 évalue que 80% des projets en cours ont pour objectif de faire en sorte que l’entreprise soit ‘data-driven’. Le recours à la donnée se répand rapidement à tous les niveaux hiérarchiques et dans tous les départements de l’entreprise. Le recours à la donnée est plus en plus fréquent jusqu’à devenir omniprésent. Le recours à la donnée temps réel devient impératif. Le recours à la donnée est massif : des volumes et des variétés vertigineux de données sont disponibles.

L’aspiration créée par la consumérisation des données donne le pouvoir à ses utilisateurs. S’y opposer est vain. Refuser de prendre en compte ces attentes impatientes et boulimiques d’agilité, d’autonomie et de collaboration ainsi que ces initiatives localisées est dangereux : qu’ils soient experts des données ou utilisateurs métiers, ils trouveront la solution sous forme de souscription à des solutions cloud pay per use, au travers de l’import-export et la manipulation de données en individuel, etc. Alors on laisse faire ?

Je vous décris ici la situation d’une fonction IT désintermédiée … cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Une fonction IT ubérisée, qui perd de vue sa mission 1ère de rendre possible l’évolution des entreprises et qui n’est plus au centre du jeu. Vue de l’esprit ? Le baromètre 2016 CXP Group – Qlik a établi que 34% des responsables IT et BI sont conscients de ne plus être incontournables dans les projets liés à la donnée. Et ouvrir la manipulation des données en self-service fait peur car cela peut être considéré par l’IT comme une perte supplémentaire de contrôle.

Je décris ici votre situation où, malgré les projets centralisés de Business Intelligence, les données circulent encore sous forme de fichiers Excel. Votre question n’est plus de garder le contrôle, mais de le reprendre. L’enjeu est bien de rendre les données disponibles au ‘bout des doigts’ en toute sécurité. Le risque croissant de cyber-attaques et de fuites de données rend crucial et urgent cette reprise de contrôle. Les cybercriminels n’ont plus besoin de cibler les systèmes applicatifs. Il leur suffit de cibler les messageries : en moyenne dans une entreprise, 6097 fichiers portent le mot ‘salaire’ et résident en dehors des applications.

L’IT n’est pas la réponse mais l’IT a la réponse pour délivrer des données fiables et sécurisées

Parce que les demandes métiers sont trop nombreuses et variées pour être satisfaites par un seul département, centraliser dans les mains de l’IT la manipulation de la donnée manque de réactivité. Cela ne crée que de la frustration tant du côté de l’IT que chez les utilisateurs.

Parce que personne n’est plus pertinent qu’un responsable comptable pour nettoyer, enrichir et rapprocher les données de facturation et de portefeuille fournisseurs, ou bien qu’un marketing manager pour gérer les données de leads générés par tel ou tel évènement, la compétence et la capacité à donner du sens aux données est par définition distribuée dans chaque ligne de métier.

Mais parce que le fichier de facturation fournisseurs nettoyé ou que le fichier de nouveaux leads marketing enrichi, créent de la valeur pour l’entreprise et méritent d’être partagés et réutilisés au sein de l’organisation, il est légitime que ce soit l’IT qui encadre cette collaboration par des règles de gestion et de sécurité.

Et parce que les préparations de données individuelles des utilisateurs seront d’autant plus utiles si elles peuvent exploiter toutes les sources de données de l’entreprise et alimenter toutes ses applications de destinations, l’IT est légitime pour orchestrer ces intégrations en central.

La préparation de données en Self-Service gouverné, eldorado de l’IT et des utilisateurs

La frontière traditionnelle entre producteur de données et utilisateur s’est estompée : nous sommes tous producteurs et utilisateurs.

L’IT a devant elle une opportunité évidente de garder (ou de retrouver) son rôle de catalyseur du changement dans l’entreprise : prendre l’initiative de mettre en place et d’exploiter de véritables espaces de co-working de la donnée. Et s’appuyer sur des solutions de data preparation distribuées à tous en mode self-service et gouvernées centralement.

Les meilleures plateformes de Self-Service Data Preparation permettent à l’IT de délivrer des gains de productivité individuelle colossaux pour chaque utilisateur, ainsi des gains de productivité collective grâce à la collaboration. Elles autorisent l’intégration de toutes les sources et destinations de données. Elles garantissent la cohérence, la conformité et la sécurité de la gestion des données.

Elles représentent l’opportunité pour tous les professionnels de l’IT de satisfaire les besoins d’immédiateté, d’autonomie et de collaboration des utilisateurs, d’être promoteurs d’une gouvernance renouvelée des données et finalement, d’échapper à leur propre ubérisation sous les coups répétés des réalisations locales des utilisateurs.

Cette opportunité, c’est maintenant que les professionnels de l’IT doivent la saisir. Analyste chez 451 Research, Matt Aslett prédit : « Nous anticipons un intérêt croissant en 2017 et au-delà, pour les solutions qui intègrent gouvernance de données et capacité de gestion de données pour permettre l’analyse en libre-service ».

11.12.AM, étage de la Direction, Jean-Christophe à Dominique : « Les données clients sont prêtes ! J’ai mis à disposition des utilisateurs marketing une plate-forme de préparation de données en self-service gouverné. Les données de profilage issues de notre CRM ont été standardisées et fiabilisées par Anne-Sophie du Marketing Operations puis enrichies des dernières activités en ligne de nos clients par Andrew du département Digital, et enfin approuvées par leur manager avant d’alimenter notre application de BI. Bonne réunion ! »

Si vous êtes un Jean-Christophe client chez Talend, vous avez de la chance ! Découvrez comment votre plateforme Talend vous permet déjà de mettre en place la Data Preparation en Self-Service gouverné.

Vous n’êtes pas un Jean-Christophe ? Pas besoin de changer de prénom pour découvrir comment adopter les technologies Talend ici.

Et vous, quelle stratégie avez-vous mis en place pour satisfaire les demandes en données de vos utilisateurs ? Vos retours d’expérience nous seront utiles, laissez-nous votre commentaire !

About the Author

Francois Lacas is Product Marketing Manager at Talend. As a hands-on strategist, he is passionate about driving Digital Transformation and Modern Marketing to business increase contribution, since the early 2010s. Prior to joining Talend, he was Director of Marketing & Digital Transformation at Wallix – a public cybersecurity software vendor - and at ITESOFT – a public ECM / BPM software vendor. As part of his various roles, he regularly writes blog articles and presents at events and tradeshows. Get in touch with him on LinkedIn and on @francoislacas.

Share

Leave a comment

Ajouter un commentaire

More information?